dimanche 21 décembre 2008

Jean BART, "Egoïste dans un corps en solo", 1993

"Ca ne va pas ? Vous avez l'air tout sombre...", s'inquiète la voix d'Anna Karina, ouvrant dans le vif le premier album de Jean Bart : "J'ai un teint très pâle car je reste quasiment toute la journée enfermé dans ma cave à faire mes chansons. Lorsque les gens me le font remarquer, je leur réponds que c'est parce que je suis sombre à l'intérieur." Drôle de type. Citoyen suisse de 32 ans, ancien publicitaire devenu ermite, il a choisi ce nom de corsaire en pointant son index au hasard sur un dictionnaire. Drôle de disque : Egoïste dans un corps en solo, bâti sur deux ou trois choses fragiles que ce fan de Godard sait de la chanson : "Une petite histoire, une émotion, une constatation." L'envie d'appartenir au cirque impitoyable des professionnels de la profession a tout juste effleuré ce cousin helvétique de Dominique A. Il lui a aussitôt tourné le dos : "J'ai commencé par enregistrer quelques titres sur des cassettes et l'une d'elles a aterri chez Jean-Jacques Burnel qui a aussitôt accepté de me produire. Nous avons fait le tour des maisons de disques, certaines étaient intéressées mais les choses avaient du mal à se concrétiser. J'ai préféré tout laisser tomber, y compris l'idée d'un producteur, pour finalement faire mon disque tout seul dans ma cave avec huit pistes maximum (un titre a été improvisé sur un parking avec le bruit ambiant de la pluie) et juste quelques instruments peu perfectionnés." Une boîte à rythmes qui pleure des bossas chétives ou sert à peine de métronome, un sequencer bas de gamme, des guitares patiemment égrénées et une voix fluette, comme blanchie elle aussi de n'avoir pas assez vu la lumière. 500 exemplaires d'Egoïste dans un corps en solo ont été pressés et Jean Bart jure qu'il n'y en aura pas un de plus. "Je les diffuse au compte-gouttes, dans le seul but de recueillir assez d'argent pour faire le second." Comme l'auteur de La fossette, Jean Bart est un chanteur irréaliste. Des origines imprécises, une séduction qui s'opère en douceur, presque malgré soi, et des mots futiles qui, diaboliquement, deviennent indispensables.

Cet article écrit par Christophe Conte a paru dans Les Inrockuptibles n°50 de nov. 1993.

Egoiste dans un corps en solo

samedi 20 décembre 2008

Richard STRANGE, "The Phenomenal Rise Of Richard Strange", 1981





Quelque part entre glam et post-punk, avec des accointances avec le Peter Hammill de "Nadir's Big Chance" , Peter Murphy et Steve Harley...

The Phenomenal Rise...

dimanche 14 décembre 2008

SORT SOL, "Everything That Rises... Must Converge !", 1987

4ème album de ce groupe danois, "Everything...' nous emmène sur les terres du Nick Cave des débuts, dans une ambiance post-punk, garage et gothique, avec un choix de reprises étonnant : 13th Floor Elevators, Elvis Presley et une version poisseuse de l'"Ode to Billie Joe" de Bobbie Gentry...

Everything That Rises...Must Converge !

Vous pourrez trouver leur 2ème excellent album, dont le label 4AD avait publié 2 titres en single, sur le site mutant-sounds.blogspot.com
Under En Sort Sol

jeudi 11 décembre 2008

Johan ASHERTON, "God's Clown", 1988

Après une tentative rock en groupe au sein des Froggies, ce Français chantant dans un anglais parfait eut la révélation folk en découvrant Townes Van Zandt, Leonard Cohen, Nikki Sudden, et bien sûr Nick Drake, auquel on l'a trop souvent comparé. Sur ce premier album en solo, ce baladin va fureter sur les terres de Marc Bolan, Johnny Thunders, Elliott Murphy, voire Syd Barrett...au même moment, on peut lui prêter une communauté d'âme avec Epic Soundtracks.

God's Clown

dimanche 7 décembre 2008

Hannah MARCUS, "Demerol", 1996

Cette californienne d'adoption a sorti une poignée d'albums depuis 1995 dans l'indifférence quasi générale...
Comment, pourtant, rester insensible à cette voix qui charrie tant d'émotions ?
Rattachée à la scène "sadcore" de San Francisco, elle est ici épaulée par Mark Kozelek des Red House Painters, pour 4 titres dépouillés, piano - voix - guitare. Ont participé à ses albums Tim Mooney d'American Music Club, Joe Goldring des Swans, et des membres de Godspeed You Black Emperor. Son dernier album remonte à 2003 déjà, mais elle a entre temps formé The Wingdale Community Singers.
D'autres informations ici et .
Procurez-vous Weeds & Lilies, magnifique album de démos.

Demerol

samedi 6 décembre 2008

Scott WALKER...



Je cherche ces 2 albums de Scott Walker...
I'm searching for these 2 Scott Walker albums...

jeudi 4 décembre 2008

DOMINIQUE A, "L'attirance", 1998

EP 5 titres paru sur le label espagnol Acuarela et tiré à 2000 exemplaires.
(seuls 2 titres ont été réédités dans le coffret "Le détour")

1. Friseur von Elvis
2. By Night
3. L'attirance
4. Portsmouth
5. Milena Jesenska

(lien retiré, ces chansons sont disponibles dans les bonus des rééditions de janvier 2012)

samedi 29 novembre 2008

Jerry CORBITT, "Corbitt", 1969

Fondateur des Youngbloods avec Jesse Colin Young, Jerry Corbitt quittera le groupe après le 2ème album.
Un membre de la communauté du site rateyourmusic tient cet album en haute estime : "This here is his first solo album, but it's better than anything The Youngbloods ever did with or without him! Killer west-coasty jangle country rock sound with lite-psych touches. Charlie Daniels helps with instruments and production. Bernie Krause is awesome on moog as well. Felix Pappalardi is on here somewhere too. I'm talking lost classic here dammit!"
L' extraordinaire "Out Of The Question" vole la vedette à lui tout seul.

Corbitt



Mary Catherine LUNSFORD, "Mary Catherine Lunsford", 1969 (70 ?)

Aucune information disponible quant à ce qui semble être le seul album de la dame, paru sur le label Polydor...


Inévitablement, composer un album de folk-rock au tournant des 60's et 70's en ayant une voix plutôt dans le registre des aigus, appelle la comparaison avec Joni Mitchell...Mlle Lunsford s'en sort plutôt bien, en prenant une orientation pop doublée d'orchestrations bien troussées. Pour ma part, je trouve sa voix plus agréable que celle de J.Mitchell, avec, ce qui ne gâte rien, des inflexions à la Sandy Denny.

Mary Catherine Lunsford

dimanche 23 novembre 2008

Albert MARCOEUR, "Sports et percussions", 1994

Pour ceux qui ne connaitraient pas l'un de nos artistes les plus singuliers, souvent qualifié de "Zappa français" (ce qui ne me convient guère, puisque je n'aime pas Zappa, mais suis très réceptif à l'univers de Marcoeur), voici l'occasion de le découvrir. Cet album est le seul à n'être pas disponible actuellement, les autres étant en vente sur son site : http://www.marcoeur.com/index_noflash.htm avec des extraits à écouter. Je recommande particulièrement ses 2 premiers disques, qui contiennent les désopilants "C'est raté, c'est raté" et "Le jus d'abricot", et le très émouvant "Père Grimoine".

Sports et percussions

jeudi 20 novembre 2008

"Parle lui de moi", par CHRISTOPHE


Je me souviens de cette chronique de Gilles Tordjman au sujet de "Grace" de Jeff Buckley : il disait que ses guitares faisaient trop de bruit, que son "Hallelujah" était trop long, que sa douceur agaçait, et que c'était dans ces débordements mêmes qu'il était parfaitement singulier.
Cette analyse pourrait s'adapter parfaitement à "Parle-lui de moi", sommet du dernier album de Christophe : cette mélodie au piano trop romantique, le jeu de batterie herculéen de Carmine Appice, le solo de guitare de Christophe Van Huffel (du groupe Tanger) que d'aucuns trouveront tape-à-l'oreille, les arrangements pour cordes débordants d'Eumir Deodato...peut-être...ou peut-être aussi est-ce l'exact moment ou ce qui pourrait être outrageusement laid est outrageusement sublime.
A écouter trop fort, cela va sans dire...;-)

lundi 17 novembre 2008

"You Don't Have To Be Afraid", par Kaki KING


Non contente d'être l'une des guitaristes les plus douées de sa génération, Kaki King s'installe également, avec cet album de 2006, dans le cercle réduit des artistes complets, capables d'agrandir leur champ d'expérimentation à chaque nouvelle parution.
You Don't Have To Be Afraid est en cela un titre emblématique, présentant en 8 minutes l'éclatant talent de cette jeune musicienne, qui enchaine plusieurs thèmes avec une facilité déconcertante jusqu'à un final en crescendo de batterie imparable. Un chef d'oeuvre !

samedi 15 novembre 2008

Gérard MANSET, inédits cd





Sont rassemblés ici, pour vous, les titres de Manset qui, à ma connaissance, n'ont pas été réédités en cd : quelques 45 tours ("L'arc-en-ciel" et "La dernière symphonie", "Caesar" en latin et français, "L'amour éternel", "Un jour" et "Le père"), "Golgotha" qui figurait sur la réédition du 1er album, 3 titres de "Royaume de Siam" ("Balancé", "Seul et chauve", "Fini d'y croire"), 2 titres de "L'atelier du crabe" ("Les rendez-vous d'automne", "Musique dans la tête"), 3 titres du "Train du soir" ("Les loups", "Pas de nom", "Pas mal de journées sont passées"), la version non tronquée de "Pour un joueur de guitare" parue sur "Comme un guerrier" et le "Thème du matin" composé avec Marc Hamilton pour le film "La valse à 3 temps".



inédits cd part 1

inédits cd part 2

vendredi 14 novembre 2008

Jack CLEMENT, "All I Want To Do In Life", 1978

Présent dès les débuts du rock'n'roll aux côtés de Sam Phillips dans les studios Sun, il a produit nombre de grands noms de la country et plusieurs songwriters, dont Townes Van Zandt, et même la bande à Bono lors de leur révélation mystique...
Il attendra cependant 1978 pour sortir un album sous son nom (le second n'arrivant qu'en 2004 !), délivrant 10 titres à l'instrumentation riche sans être tape-à-l'oeil, et peu usitée dans le genre (cordes et cuivres cotoyant les incontournables pedal steel et dobro).

All I Want To Do In Life

mercredi 12 novembre 2008

HINT, "100 % White Puzzle", 1995


Hint fut, en compagnie d'Ulan Bator et Bästard, l'un des tout meilleurs groupes français des 90's. Ils ont réussi à construire une musique dans laquelle alternent ou se téléscopent divers styles, indus, hardcore, ambiant, free-jazz, créant des ambiances angoissantes et/ou cinématographiques, renforcées par un usage judicieux du sampling (cris, emprunts à des musiques traditionnelles...). Ceci est leur 1er album (suivi de "Dys" en 1996 et "Wu Wei en 1998).

100 % White Puzzle

mardi 11 novembre 2008

John BRAHENY, "Some Kind Of Change", 1968

Cet homme a écrit "December Dream", et cela suffit déjà...Je ne connais pas la version de Linda Ronstadt, mais celle de Fred Neil (sur la compilation "The Many Sides Of Fred Neil"") est magnifique.
Sinon, l'album s'inscrit dans la tradition des folk/singer-songwriters tentés par le psychédélisme...

A la demande de John Braheny lui-même, je retire le lien vers l'album à télécharger. Il compte le rééditer bientôt.
I removed the link on John Braheny's request. He's currently working on a reissue.

samedi 8 novembre 2008

Mickey NEWBURY, "Sings His Own", 1972

Décrit sur le site All Music Guide comme un disque tout juste passable, ce 4ème album (issu en fait des mêmes sessions que le 1er datant de 1968) mérite mieux. Il n'atteint pas, certes, les pics émotionnels de "It Looks Like Rain" (1969) et "Frisco Mabel Joy" (1971); il impose cependant son auteur comme l'un des tout meilleurs songwriters américains et rénovateurs de la country, et ce malgré des arrangements imposés par son producteur, qu'il a reniés plus tard.
Resté plusieurs années dans l'ombre des interprètes qui ont popularisé ses compositions (Kenny Rogers, Elvis Presley, Don Gibson...), Newbury a fini par chanter lui-même ses oeuvres dans des disques empreints de mélancolie et baignant dans des atmosphères pluvieuses.
Le label Raven a réédité il y a quelques années la soi-disant intégrale des chansons parues sur RCA, omettant certains titres de "Sings His Own", certes également présents sur l'inaugural "Harlequin Melodies" mais avec des arrangements différents ! Newbury sera en effet coutumier du fait : d'album en album, il reprendra ses propres compositions en les sertissant de nouveaux écrins, ou en les dépouillant jusqu'à l'os.
L'an passé, Will Oldham a chanté une composition de Newbury (I Came To Hear the Music) sur son mini album de reprises, "Ask Forgiveness".

Sings His Own

jeudi 6 novembre 2008

JEANETTE, "Hum..." (1984) + "Prefab In The Sun" (1988)



















"Un jour, on reçoit cette chose sous pochette grise et photo noir et blanc : la chanteuse, inconnue, s'appelle Jeanette, et le mini album "Hum". Il est envoyé par un type d'une maison de disques qui "pense que ça va te plaire". Pour une fois, il tombe juste. "City Blues" est la voix du fantôme de Billie Holiday, joué par une fille blanche qui chanterait pour un seul."

Avec cet extrait du très beau "Sur le rock" de François Gorin resté dans un coin de notre mémoire, on aura cherché ce disque pendant longtemps, lors des déambulations dans les conventions de disques. Découvert tardivement l'année dernière, il ne nous aura pas bouleversé. Gorin le citait aux côtés d'une certaine new wave anglaise que j'appellerai volontiers "bluewave" : Young Marble Giants, Everything But the Girl, Week End. Cette sorte de blues urbain synthétique préfigure aussi le très beau "Hats" du Blue Nile.
Mon exemplaire de "Hum" est en état très moyen mais vous permettra de vous faire une idée.
(Pour ceux qui se poseraient la question, cette Jeanette n'est pas la chanteuse de "Porque te vas", ni Jeanette Landray, la voix qui accompagnait Robert Smith au sein de The Glove)

Hum

Prefab in the Sun (1)

Prefab in the Sun (2)


lundi 3 novembre 2008

The Snow Leopard, by SHEARWATER


Cette chanson me met sens dessus dessous à chaque écoute...

The Snow Leopard

samedi 1 novembre 2008

Lou CHRISTIE SACCO, "Paint America Love", 1971


Cet album aurait dû être mon prochain post, mais je me rends compte qu'il vient tout juste d'être réédité par les archivistes fous de Rev-Ola...
Il fait partie de ces albums réalisés par des artistes en mutation, jusque-là faiseurs de hits ou crooners faciles : il est à ranger aux côtés des excellents "The Further Adventures Of Charles Westover" de Del Shannon et "Born Robert Walden Cassotto" de Bobby Darin. Ce n'est pas par hasard que chacun de ces albums fait apparaitre le nom de naissance de son auteur, qui décide de s'exposer plus intimement, ce qui s'accompagne souvent d'une prise de conscience politique (nous sommes dans les années 69-71, période de désillusions qui fait suite au Summer Of Love et autres Woodstock).
Musicalement, nous avons affaire ici, dans les meilleures plages (les 2 derniers titres), à une qualité d'écriture qui se rapproche du meilleur de Cockney Rebel ou Scott Walker.

JOHNSON & DRAKE, "Carry It On", 1973


J'ai cherché, en vain, des informations sur ce groupe que j'ai voulu découvrir car il faisait partie de l"écurie" Ovation (label des sublimes Heaven & Earth posté il y a qq mois, Bonnie Koloc...).
Il s'inscrit dans la grande tradition pop américaine des groupes reposant sur la complémentarité de 2 voix masculines : j'y entend Bread, Ogan & Lamb... et même, pourquoi pas, Supertramp.
Leur unique (?) album contient une belle reprise de "Fixin' a Hole" des Beatles, mais vaut surtout pour le morceau titre dans lequel les voix carillonnent en répétant à l'envi "Carry On", et les sublimes ballades "Isn't There Someone ?"et "Fade Away". La plupart des titres bénéficient d'arrangements supérieurs pour cordes, cuivres et vents.


Carry It On
(256 kbps)

mardi 28 octobre 2008

Shawn PHILLIPS, "Collaboration", 1971

Loin de moi le désir de vouloir m'ériger en défenseur du bon goût musical, mais de savoir que cet homme n'est pas aussi connu que Jésus me désole...ceci est donc un post d'utilité publique qui espère répandre la bonne nouvelle...
A l'instar d'un Roy Harper en GB, l'américain Shawn Phillips, qui a pourtant vendu ses albums plutôt décemment dans les 70's, ne jouit plus que d'un succès d'estime auprès d'aficionados qui se font rares, si l'on en croit le peu d 'espace qui lui est accordé dans les blogs musicaux. Tout comme Roy Harper, il n'apparait que rarement dans les dictionnaires du rock. D'ailleurs, son talent ne peut se réduire à une catégorie. Après avoir publié 2 albums de folk assez classique en 65 et 66, et aidé Donovan à composer quelques uns de ses classiques, SP s'en va parcourir le monde et revient en Angleterre, la besace pleine d'expériences qu'il va traduire en musique par l'intermédiaire d'une technique guitaristique très au-dessus de la moyenne et surtout d'une des voix les plus fascinantes de toute la sphère musicale "pop-rock", qui s'étend sur 3 octaves et demi, du baryton au contre-ténor.Toutes qualités qu'il va mettre au service de compositions brassant aussi bien le folk, le jazz, la soul, dans un mélange jusque là inédit. Il saura également s'entourer de musiciens qui porteront sa musique à un degré d'incandescence et de spiritualité rarement attteint : les musiciens de Traffic, le claviériste Jonathan Weston et l'arrangeur Paul Buckmaster. Le label Wounded Bird a réédité la quasi totalité de ses albums autour des années 2000, mais certains sont à nouveau indisponibles, dont "Collaboration", qui clot une trilogie commencée par "Contribution" et l'exceptionnel "Second Contribution", peut-être son chef d'oeuvre, que l'on trouve très facilement pour une somme modique.

Collaboration

lundi 27 octobre 2008

en quête de...


je recherche le 1er album de Norma Winstone, "Edge Of Time"...


I am searching for this record... can anyone help ?

samedi 25 octobre 2008

Amory KANE, "Memories Of Time Unwound", 1968

L'album posté ce soir va certainement faire des heureux : il fait partie de ces disques quasi introuvables (à un prix abordable en tout cas), dont on ne sait presque rien, sauf que l'on a pu lire de-ci de-là que c'était un joyau oublié...Mais les amateurs de trésors cachés le savent bien, la légende est parfois décevante...Il me semble que c'est le cas ici, et votre avis sera le bienvenu !
Son second album, "Just To Be There" paru en 1970, contient par contre une suite de 4 titres époustouflants qui en constituent la face A.
Les maigres informations concernant cet artiste se trouvent dans la biographie de Tim Hollier avec qui il a collaboré (on y trouve d'ailleurs une anecdote à propos de David Bowie.)

Memories Of Time Unwound (encodé à 320kbps)

Gérard MANSET, "Manset" (aka "Y a une route"), 1975


Puisque demande il y a, le voilà !
Ce n'est pas exactement le vinyl original, mais c'est le plus proche qu'on puisse avoir avec un son cd : il vient en effet de l'édition remixée de 1988 que j'ai la chance de posséder puisque je suis détenteur du dernier coffret qui contenait les albums originaux. J'ai juste intercalé "Un homme étrange", et chassé "Rouge-gorge", déjà présent sur "Rien à raconter".
Et merci pour vos commentaires !





Manset 1975




mardi 21 octobre 2008

Gérard MANSET, "2870", 1978

"J'ai voulu me faire une indigestion de guitares électriques, un pied personnel. J'ai voulu faire un truc où tu puisses continuer à discuter, qui soit plus une musique de fond où tu gaules un mot de temps en temps : Rien qu'un enfant triste...trois plombes de guitare...Qui sait qu'il existe...trois plombes de guitare...avec des tempos qui ne bougent pas; je voulais que ça ne bouge pas" (Guitares et claviers, déc. 1985)

L'album "monstrueux" de Gérard Manset : plus de guitares (solo exceptionnel dans "Le pont"), pochette dépassant le format habituel (imaginée par Hipgnosis, créateur des pochettes de Pink Floyd notamment), le morceau titre de 14 minutes...mais album qui contient également quelques beaux titres apaisés ("Amis" , "Ton âme heureuse").

Ceci sera mon dernier post dédié à Manset, sauf demande expresse.

2870

samedi 11 octobre 2008

V/A, "A Factory Quartet", 1981

4 faces, 4 artistes, c'est ce que proposait le label Factory, en l'an 1 de l'après Ian Curtis...et c'est précisément la face consacrée à Kevin Hewick, qui tint, l'espace de quelques concerts, le role ô combien difficile laissé vacant par le chanteur de Joy Division, qui s'avère la plus intéressante. On le suit ici , seul avec sa guitare, lors d'une prestation live.
Les 3 autres faces étaient dévolues à Durutti Column, Blurt, et les méconnus The Royal Family & The Poor.

A Factory Quartet part 1

A Factory Quartet part 2



nb : la face Kevin Hewick étant difficile à indexer, les 7 titres sont rassemblés en 1 seul mp3.

mardi 30 septembre 2008

V/A, "Kind Of Soul", 2000

Ne serait-ce que pour sa pochette, ce disque vaudrait d'être partagé, non ?
Mais cette sélection de soul tendance funk, s'étendant de 1973 à 1981, s'avère en outre impeccable !

Jon Lucien : Would You Believe In Me
The Emotions : Best Of My Love
Marvin Gaye : A Funky Space Reincarnation
Leroy Huston : Love The Feeling
Smokey Robinson : Virgin Man
Labi Siffre : I Got The
Donald Byrd : Think Twice
Patti Jo : Make Me Believe In You
Labi Siffre : The Vulture
Roy Ayers Ubiquity : Searching
Minnie Riperton : Young, Willing & Able
Maze (feat. Frankie Beverly): You
Minnie Riperton : Baby This Love I Have
Sylvia Striplin : You Can't Turn Me Away

disc 1 : http://www.mediafire.com/?aokt5kjfngt

disc 2 : http://www.mediafire.com/?jthjwy5oqmy

lundi 29 septembre 2008

Gérard MANSET, "Manset" (aka "Rien à raconter"), 1976

Titre malheureusement prophétique...on se consolera avec ce disque, dont seuls 2 morceaux ont été réédités en cd ("Les vases bleues" et "Rouge-gorge") et qui contient pourtant l'un de ses titres les plus poignants, "Ailleurs".

http://www.mediafire.com/file/z3mycewzylz/Rien à raconter.zip

samedi 27 septembre 2008

dimanche 21 septembre 2008

Artistes divers, "The Divine Album : From Nowhere To Eternity", 1985

Le label Divine/Madrigal accueillait en France quelques uns des meilleurs groupes post-punk/new wave issus des diverses scènes européennes (et mondiales), comme Minimal Compact et Tuxedomoon, qui n'apparaissent pas sur cette compilation mais sur laquelle figurent 2 titres des immenses Mecano. A noter aussi l'excellent titre des Français de Complot Bronswick.
Et les merveilleux Fra Lippo Lippi !

1.Mecano "Robespierre Re-Marx"
2.End Of Data "Sahrah"
3.Flue "Topic"
4.Tanit "Lola"
5.Fra Lippo Lippi "Small Mercies"
6.Complot Bronswick "A Hole In the Pain"
7.Eskimo "King Kong Talk"
8.Mecano "March Of the Iron Worker"

http://www.megaupload.com/?d=Z1BJO0YA

samedi 20 septembre 2008

lundi 15 septembre 2008

Tim HARDIN, "Unforgiven", 1981


Quelle idée de partir la même année que Ian Curtis et 3 semaines seulement après John Lennon...il n'y avait déjà plus de place au rayon des martyrs...
Auteur de plusieurs chansons d'exception dans les années 60 (Hang On To a Dream, Misty Roses, Reason To Believe...) mais dont le succès lui a échappé au profit d'autres interprètes, Tim Hardin avait, à l'instar de Tim Buckley, essayé sur ses derniers albums une formule musicale plus "mainstream", qui ne faisait que trahir la disparition de son inspiration. Ce disque présente les titres sur lesquels il travaillait en vue de publier un nouvel album.Mais comme il le chantait dans "Tribute To Hank Williams" : "Whiskey took the heartbreak from too many broken dreams, and what pain wasn't cured by whiskey was cured by too much morphine."

http://www.mediafire.com/?0yqtziwzmnf

mercredi 10 septembre 2008

URBAN SAX, "Fraction sur le temps", 1986


Vous trouverez tout sur la genèse de cette formation hors norme ici. "Fraction sur le temps" est le troisième album du groupe, lorsque celui-ci ne compte plus uniquement des saxophonistes, mais s'est enrichi d'un quatuor à cordes, de guitares, percussions, claviers, choeurs, et même des danseurs, puisque Gilbert Artman, le leader, avait pensé son groupe comme un spectacle total. Cet enregistrement est issu du spectacle donné à Versailles en 1982, qui donna au groupe une audience inespérée, puisqu'il a été diffusé par des télévisions du monde entier lors d'un sommet des pays industrialisés.

http://www.megaupload.com/?d=M4IHJWGB


ps : je peux également poster, pour ceux qui seraient intéressés, les 2 premiers albums du groupe (qui seront numérisés à partir de vinyls, alors que cet album est tiré de l'édition cd).

samedi 6 septembre 2008

Robert FRIPP String Quintet, "Soundscape/Kan-Non Power", 1992

Concert donné au Japon en novembre 1992 : Master Fripp est accompagné de 4 élèves de sa League Of Crafty Guitarists.
(Encodé en 256 kbps)

http://www.megaupload.com/?d=DZ2XOIAQ

nb : les morceaux "Moving Force" et "Asturias" sont enchaînés, ainsi que "Chromatic Fantasy" et "Contrapunctus".

mercredi 3 septembre 2008

THE THE, "Soul Mining" k7 only bonus tracks, 1983

Comme le faisait remarquer Philippe Dumez ici le mois dernier, ce chef-d'oeuvre n'a pas bénéficié d'une réédition correcte, qui aurait inclus notamment les 5 titres que je vous propose aujourd'hui, qui n'ont, à ma connaissance, jamais vu le jour en cd (le 6ème, "Perfect", figure en bonus sur l'édition cd). Ils figuraient sur la version k7, que j'ai donc précieusement conservée...3 de ces titres auraient dû paraître sur le mythique, et toujours inédit, "The Pornography Of Despair".

http://www.mediafire.com/?fyyx38ri6jr

dimanche 24 août 2008

GERARD MANSET, "Gérard Manset", 1968

"Animal on est mal, mais Dieu reconnaîtra les siens."

Manset 68

dimanche 17 août 2008

DOMINIQUE A, "solo tape : une femme chante sur le quai", 2001

Cette k7 fut distribuée lors de la tournée solo d'octobre 2001. Elle rassemble des inédits et une reprise de Sapho (West terne)

Lien retiré, ces chansons sont maintenant disponibles dans les bonus des rééditions parues en janvier 2012.

samedi 2 août 2008

GOZ OF KERMEUR, "Irondelles", 1993

Goz of Kermeur - Irondelles
Trio suisse ayant publié 3 albums (celui-ci étant le second), Goz Of Kermeur a malheureusement cessé d'exister en 2001, suite au décès de leur guitariste, Yves Charmillot. Le groupe proposait une musique puissante et décalée, portée tour à tour par les éructations/borborygmes/hululements du chanteur(?) et contrebassiste Adrien Kessler, la batterie implacable d'Andrea Valvini et surtout la guitare "crimsoniennne" d' Y.Charmillot.

http://www.mediafire.com/?qh1a2hamt1n