lundi 5 juin 2017

Manu LANNHUEL (1977, Iris)



A classer parmi les tout meilleurs albums mélangeant folk acoustique, folk électrique et acid folk.

Progrès

Passant par les champs le long de la rivière

Nervures de temps

Pour avoir un lien pour l'album, laissez une adresse mail.

For a link to the album, leave an email address.



lundi 8 mai 2017

Christophe J. (alias Christophe Johnson)

D'autres ont déjà évoqué ailleurs, et mieux que je ne le ferai, cet artiste surdoué mais trop discret.
Je rassemble ici toutes les informations, en rajoutant ma petite pierre à l'édifice.
François Gorin l'a évoqué dans ses Disques rayés: 1 2
D'autres infos figurent chez Sons of the Dolls

Mais avant les Beautiful Losers, Christophe J. (de son vrai nom John Christopher Jacq) avait monté un autre groupe, également avec Patrick Arondel (qui deviendra Jay Alanski) nommé Season, alors qu'ils n'étaient qu'adolescents. Ils graveront un album, et un single sous le nom de Hello Life.
Après son remarquable album de 1983, "Sons of Waterloo", il réapparait en 1985 et 86 pour des singles non moins remarquables sous le nom de Christophe Johnson, dont le sublime Fever of Gold (la version "extended" est complètement hypnotique).

Nathalie Weeps

The Girl I Want

Wall of Kampa

Son phrasé anglais impeccable s'explique par une ascendance anglo-saxonne (par sa mère, je crois).
J'ai pour ma part découvert Christophe J. par la sélection de Phillipe Manoeuvre dans son ouvrage "Rock français - 123 albums essentiels".
L'album de Season a été superbement réédité, en intégrant le single de Hello Life, par le label Wah-Wah.


jeudi 13 avril 2017

Mansetlandia

Je publie ici un courrier envoyé à Warner suite à la parution de l'anthologie de Manset, "Mansetlandia", en novembre dernier.
Warner n'a jamais daigné me répondre.

-->
                                                                                               
 Strasbourg, le 7 décembre 2016



 Mesdames, Messieurs,
Je m’adresse à vous au sujet du coffret « Mansetlandia » que vous avez élaboré, avec le concours de Gérard Manset je présume.

Malgré toute l’admiration que je porte à cet artiste, j’ai le sentiment d’avoir été vraiment floué cette fois-ci, et la faute en incombe, je crois, autant à vous qu’à Manset lui-même.

Il a fallu certes accepter, au fil des ans, les lubies de l’artiste, qui, tel un démiurge, reste seul maître de sa création ; mais je me permets de vous dire qu’il est allé trop loin.

Déjà, lors de la réédition de « La mort d’Orion » en cd en 1996, Manset avait amputé le morceau titre de 2 vers…  Soit…

Ici, il va encore plus loin, en amputant « Ils » d’une strophe entière !!

Et puis le cd « Inédits 1972 » : allait-on enfin avoir droit à « l’album blanc » de 1972 ? Oui, mais partiellement ; alors que les fans le savent, Manset avait déclaré que cet album ne pouvait être réédité (en invoquant des raisons techniques…).

Et pourtant, on trouve sur ce cd, 2 titres de cet album : il y a comme une contradiction, non ? Et puis, 32min de musique sur un cd qui peut en contenir 78, ça ne s’appellerait pas, passez-moi l’expression, du fou...ge de gue..le ?

Et pour en remettre une couche, on croit tenir, en plus du vrai inédit "Tu fais vivre autour de toi", un autre inédit :  "L’amour infernal"  : las, il s’agit de  "L’amour éternel" rebaptisé…

Mais le pire est encore à venir, et je pense qu’il est imputable aux personnes qui ont réalisé le tracklisting final : sur le cd « 1975 », on trouve 2 fois le titre  "Le verger du bon dieu" !!! En piste 7, suivi du début de  "C’est un parc", sous-mixé et coupé, et en piste 9, sa véritable place, couplé à "C’est un parc".

Je vous demande donc de m’envoyer, ainsi qu’à tous les acheteurs qui le demanderont, un cd rectifié avec un tracklisting correct.



La seule conclusion qui s’impose est donc de garder précieusement nos vinyles, comme nombre de fans le font remarquer dans les forums de commentaires.



Meilleures salutations.

En février, j'ai donc décidé de rapporter le coffret à la FNAC pour un remboursement, prétextant un défaut du disque "1975". Et puisque Warner nous a pris pour des pigeons, je me suis vengé en gardant le livret et en faisant copie de la poignée de titres qui n'avaient jamais été édités en cd.